En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.AccepterEn savoir plus

Le GPRF : le retour à la République (Cours d'histoire)

Le GPRF et la Quatrième République

Hist-geo.com > France > 4ème République > Cours > Le retour à la République

I-A - Le GPRF : le retour à la République

(Voir la page précédente : Introduction)

Créé en juin 1944 en Algérie et installé à Paris en août 1944, après 4 années d'État français, le GPRF se donne trois missions importantes :

Restaurer l'autorité de l'État

La première mission que se fixe le GPRF est de restaurer l'autorité de l'État sur l'ensemble du territoire français. Cela passe par une soumission des groupes de résistants locaux au pouvoir du GPRF. On estime que dès janvier 1945, cette mission est accomplie.

La restauration de l'autorité de l'État passe aussi par la mise en place d'une Haute Cour de Justice dont le rôle est de juger les Français ayant collaboré avec l'Allemagne et de mettre fin à « l'épuration spontanée ».

La Haute Cour de Justice fait preuve d'une certaine modération qui a été notamment encouragée par de Gaulle, chef du GPRF. Ce dernier a donné l'exemple en épargnant la vie du Maréchal Pétain, du fait de son grand âge, de son passé glorieux mais aussi dans un souci de réconciliation nationale.

L'œuvre de restauration de l'autorité de l'État passe donc également par ce souci de réconciliation nationale.

Assurer l'indépendance de la France

La deuxième mission fixée au GPRF est la reconnaissance extérieure de la France. Pour effacer définitivement la mise sous tutelle internationale de la France voulue par le projet américain d'AMGOT, de Gaulle bénéficie notamment du soutien du Royaume-Uni. Il réussit ainsi à faire accepter la France dans le camp des vainqueurs.

La France est admise en tant que pays vainqueur à la signature de la capitulation allemande. La France est aussi intégrée avec le statut de membre permanent au Conseil de Sécurité de l'ONU.

Reconstruire la France

La troisième mission du GPRF est la reconstruction du pays. Les grandes lignes de la politique de reconstruction du pays avaient été définies dans le programme du CNR (Conseil National de la Résistance).

Au cœur de ce programme : une plus grande intervention de l'État afin de sortir le pays de la situation économique catastrophique dans laquelle il se trouve.

L'intervention de l'État passe tout d'abord par la nationalisation des secteurs-clefs (énergie [EDF-GDF], grandes banques [Crédit Lyonnais, Société Générale], assurances [AGF], transports [Air France]).

Des nationalisations d'entreprises ayant collaboré se font aussi sous l'autorité du GPRF (Ex. : Renault). Toutes ces nationalisations permettent à l'État un contrôle indispensable au redressement économique du pays.

L'intervention de l'État est définie dans le cadre d'une planification souple, qui définit les grandes orientations et les secteurs clés de la reconstruction économique. Cette planification est confiée dès décembre 1945 à Jean Monnet, commissaire général au plan.

L'intervention de l'État se fait aussi dans le domaine social où des réformes importantes sont menées dans le but de garantir la population contre tous les facteurs d'insécurité. Ainsi, la Sécurité Sociale est-elle créée par des ordonnances en octobre 1945. Les comités d'entreprises sont aussi instaurés : ils donnent aux travailleurs et à leurs syndicats un droit de regard sur le fonctionnement de l'entreprise.

À la limite entre une mesure d'égalité sociale et une mesure politique, il faut citer enfin une des premières mesures prises par le GPRF : le droit de vote accordé aux femmes en avril 1944.

Le bilan du GPRF

Toutes ces mesures permettent de dresser un bilan plutôt positif du GPRF qui a rempli la plupart de ses missions.

Cependant, ce bilan doit être toutefois nuancé par la lenteur des progrès dans certains domaines : ainsi les files d'attente et le rationnement demeurent maintenus plusieurs années après la guerre.

À l'actif du GPRF, il faut enfin ajouter la réalisation d'une des missions essentielles qu'il s'était fixées : garantir les conditions favorables à la mise en place d'une nouveau régime.

La suite du cours : I-B - L'installation du nouveau régime

Vous avez apprécié? Partagez!  Plus...

Hist-geo.com: Histoire et géographie sur le net (Cartes, fonds de cartes, cours, etc.)

Informations légales | Haut